Archive for the ‘Applications’ Category

[Pratique] Tricount : faites vos comptes entre amis facilement

Posted on mars 2nd, 2010 in Actualités, Applications, Web | 5 Comments »

Bonjour à tous,

Je vous parlais en juillet dernier de ma volonté de sortir une application permettant de faire ses comptes entre amis. J’avais un peu vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué puisque j’avais promis une sortie prochainement ! En fait, cette version n’est pas vraiment finie et il restait pas mal de choses à faire, que je n’ai finalement jamais faite !! Du coup, c’est tombé dans l’oubli et pourtant, j’ai remarqué une recrudescence des recherches de comptes entre amis ces dernières semaines. Surement l’effet ski, qui est pour moi un endroit de prédilection pour utiliser une application de ce type.

Bref, je voudrais vous parler d’un nouveau site qu’on vient de m’indiquer et qui est une merveille : c’est tricount. Encore en version beta le site propose de faire exactement ce que j’aurais voulu réaliser ! Mais les deux créateurs (Jonathan Fallon et Guillebert de Dorlodot) ont fait encore plus fort : tricount est disponible également en version iPhone et sur facebook !

Elle est donc disponible sur les supports principaux et c’est vraiment un point en plus.

Je vais faire maintenant une revue des fonctionnalités du service.

 

L’application sur le Web

La page d’accueil est très accueillante et rentre directement, mais très agréablement, dans le vif du sujet : Créer des comptes de dépense. Il suffit d’entrer le nom du projet et une rapide description, puis d’ajouter les personnes qui font partie du projet.

Une fois cette étape réalisée, il suffit d’ajouter des dépenses. Point sympa : il est possible d’ajouter des dépenses et de choisir facilement pour qui elle a été faite. Résultat, la possibilité de ne rembourser que certaines personnes. Autre point positif, la possibilité de gérer le nombre de « parts » pour lesquelles chaque personne est impactée dans une dépense (par exemple : 2/3 payé pour Antoine, 1/3 payés pour Hugues ou carrément en dur : 15 euros payés pour Antoine, 7.50 euros payés pour Hugues).

Le tableau de dépense est très bien pensé et il est facile de visualiser rapidement qui a payé combien pour qui, à quelle date :

 

Une fois que toutes les actions/dépenses ont été entrées, il suffit d’aller dans l’onglet Équilible pour savoir en un clin d’oeil qui doit combien à qui :

 

D’autres fonctionnalités sont disponibles, comme la possibilité d’imprimer la « fiche de dépense » ou encore de partager le projet avec les participants, sur le web comme sur facebook, dont on va étudier les fonctionnalités maintenant.

 

Depuis facebook

L’application depuis facebook fonctionne de la même façon que depuis le web, mais on appréciera la possibilité d’ajouter et de notifier directement ses amis facebook. Autre fonctionnalité utile, la centralisation de ses « tricount » permettant d’associer à son compte facebook l’ensemble de ses comptes de dépenses.

 

Depuis l’iPhone/iPod Touch

Ce merveilleux service est effectivement disponible également sur iPhone et iPod Touch, ce qui simplifie énormément son fonctionnement lorsqu’on est en voyage et qu’on a pas forcément accès à internet. L’interface est vraiment bien travaillée et intuitive.

On regrettera simplement qu’il est impossible d’ajouter sur iPhone un projet déjà créé sur le Web (via facebook ou son navigateur) mais on adore le fait que l’application iPhone soit gratuite !

 

Conclusion

Bravo aux deux développeurs qui ont vraiment très bien su réaliser leurs applications ! On appréciera vraiment l’interopérabilité, le design (tout est fait en AJAX) et la simplicité ! Coup de chapeau !

Le site est encore en version bêta pour l’instant, et les développeurs attendent vos commentaires et feedback. N’hésitez pas à les contacter à l’adresse : info (at) tricount.com

Vous retrouvez le site tricount pour faire ces comptes entre amis facilement ici.

Et vous qu’est-ce que vous en pensez ?

Je vous souhaite une excellente journée.

[Utile] ClickToFlash ou comment ne pas subir le clash Adobe/Apple et bloquer Flash dans Safari

Posted on février 21st, 2010 in Applications, Web | No Comments »

Bonjour à tous,

Ca ne surprendra personne, Flash est une plaie sur Mac. Les deux sociétés Adobe et Apple étant en guerre ouverte depuis plusieurs années, aucun effort n’est fait par Adobe pour améliorer son plugin et Apple de son côté préfère régler les problèmes de Flash par elle même. En effet, Apple Mac OS X permet, depuis Snow Leopard, de lancer Flash dans un programme (thread) particulier et indépendant de Safari garantissant qu’en cas de crash de Flash (ce qui arrive très régulièrement) Safari, lui, ne crash pas et il suffit de recharger la page pour relancer le module Flash. C’est une bonne avancée et c’est vraiment pratique.

Cependant, ça ne règle pas le problème pour l’utilisateur final qui se retrouve toujours avec un logiciel qui bouffe toutes les ressources de son processeur et le simple fait de regarder une vidéo sur YouTube fait tourner les ventilateurs à fond et fait chauffer l’ordinateur et diminue la durée de la batterie par deux. Et puis, j’ai vu des vieux PC de 2002 sur XP mieux gérer Flash et être moins sollicité qu’un Mac Pro Core Quad à 3 Ghz. C’est… pathétique.

Une guerre ouverte entre les deux sociétés

Les deux sociétés se vannent depuis longtemps, mais la bataille a pris un nouveau tournant ces dernières semaines/mois. Steve Jobs a même critiqué très ouvertement la firme dernièrement en disant :

Like Microsoft, Adobe has become a stodgy and conservative company, they’ve lost their focus – they are stuck in the middle.
A l’instar de Microsoft, Adobe est devenu une société frileuse et peu inspirée. Ils ont perdu de vue leurs objectifs et se retrouvent maintenant bloqués.

Source : MacBidouille

Et biiim !

Voici ce que Apple reproche à Adobe :

  • Adobe a raté son passage à Cocoa (langage de programmation des applications Mac Intel) en restant sur Carbon (Pour les PowerPC) trop longtemps et a donc retardé tout le monde. En effet, on rappelle que CS4 est toujours développée en Carbon et ce ne sera que CS5 qui serait full-Cocoa, il aura donc fallu plus de 5 ans à Adobe pour faire la transition !
  • Adobe serait très lent pour réagir et corriger les rapports de bug qu’Apple leur remontrait très régulièrement. Il paraitrait qu’Apple aurait rapporté 410 bugs et qu’Adobe n’en aurait corrigé que 25 !
  • Apple se permet ainsi de dire que si Flash n’est pas disponible sur iPhone c’est parce qu’Adobe a été incapable de leur fournir une version sans bug du logiciel.
  • Enfin et c’est bien violent : Apple considèrerait que les logiciels de la suite ne sont plus « user friendly » et fait vieille !
  • Steve jobs aurait dit à propos de Flash sur iPad au Wall Street Journal (source : CrunchGear) : Avec Flash activé, la batterie de l’iPad passerait de 10 heures à 1 heure, non merci !
  • Apple serait en train de préparer une suite concurrente de CS5.

En finalité la guerre est vraiment ouverte et c’est l’utilisateur final qui subit cette guerre. Mais une solution existe !

ClickToFlash : bloquer Flash sur Safari

Personnellement, rien ne m’énerve plus que d’ouvrir mon moniteur d’activité et d’observer l’utilisation du processeur de Safari dans une page sans flash ou avec flash. Pour ceux qui n’auraient jamais fait l’expérience :

Sans flash activé

Avec flash activé

On passe d’une utilisation du processeur de 16% à près que 80 % !!! C’est une augmentation de 64 points ! C’est près de 6 fois plus. Ca me rend absolument dingue ! 6 fois plus !!!

Résultat le processeur s’emballe, la température augmente et les ventilateurs se mettent à tourner énormément. Tout ces facteurs entrainent chez moi une diminution d’environ 50% de ma batterie ! C’est hallucinant !

Comparaison température et vitesse des ventilateurs avec ou sans une page flash :

Ces graphiques me font halluciner.

Mais la solution a été trouvée grâce à ClickToFlash qui est un plugin pour Safari qui permet de désactiver par défaut le Flash dans les pages. Pour le réactiver, rien de plus simple, il suffit de cliquer sur le module Flash de la page. Les pages sont alors chargées beaucoup plus rapidement.

Autre avantage énorme de ce logiciel c’est de permettre de charger QuickTime sur Youtube à la place de Flash et ainsi de libérer énormément de ressources. Je vous propose la vidéo originale de présentation :

Bref, ce logiciel ClickToFlash qui bloque flash sur Safari est un must have.

Télécharger ClickToFlash

Voilà, bonne journée à tous et bonne fin de week end.

[Pratique] Cheat sheet (mémo) pour les raccourcis clavier Photoshop

Posted on février 10th, 2010 in Applications | No Comments »

Bonjour à tous,

Tout développeur web, retoucheur de photo du dimanche et même créatif (si, si) a eu à utiliser Photoshop régulièrement, voire même tous les jours. Si Photoshop a bien une particularité, c’est bien que la majorités de ses fonctionnalités sont accessibles directement depuis un raccourci clavier, ce qui permet d’optimiser ses mouvements de souris et donc sa productivité.

Mais il existe tellement de raccourcis, dont beaucoup ne sont utiles que pour des emplois spécifiques, que souvent on a la flemme de les apprendre.

Je vous propose donc un memo complet des raccourcis claviers de Photoshop pour toujours avoir près de soi les plus pratiques.

Vous pouvez télécharger la version JPG « preview » ou la version PDF complète

Cette fiche pratique a été créée par Kenneth Setzer.

Source : SmashingMagazine

Excellente journée à tous !

[Tutoriel] Télécharger et installer Google Chrome OS

Posted on novembre 23rd, 2009 in Applications | No Comments »

Bonjour à tous,

Google a annoncé jeudi dernier que son nouveau système d’exploitation baptisé Chrome OS, d’après le navigateur web, était disponible au téléchargement. Pour ceux qui ne le savent pas, il faut avoir un compte Google pour pouvoir se connecter la première fois. Cet OS a été designé pour les netbook et possède de nombreux avantages comme notamment son temps de démarrage ou sa simplicité (qui lui est d’ailleurs reprochée). Je pense que ce peut-être une vraie révolution dans l’utilisation des netbook, clairement pas adaptés à la bureautique de Windows et qui se retrouve vite utile seulement pour les mails et le surf sur le web.

Je vous propose donc un pas à pas pour installer très facilement ce système d’exploitation dans une machine virtuelle.

Il faut commencer par télécharger le logiciel d’exploitation largement disponible sur bittorrent : Chrome OS et installer VirtualBox (disponible pour Windows, Mac et Linux).

Une fois ces deux fichiers téléchargés, installer VirtualBox et décompresser le fichier .bz du fichier Chrome OS que vous avez téléchargé à l’aide de WinRAR sur Windows ou double cliquant dessus sur Mac ou Linux.

Lancer VirtualBox et cliquer sur Nouveau :

Entrer les informations comme suit :

Mettre entre 512 Mo et 1 Go de mémoire RAM :

Sélectionner l’image disque que vous venez de décompresser :

Cliquer ensuite sur Terminer, puis vous n’avez plus qu’à lancer la machine virtuelle en cliquant sur Lancer :

Voilà !

C’est fait ! Vous noterez la rapidité du lancement (9 secondes sur mon Mac). Malheureusement, la résolution de base 800x600px n’est pas modifiable, mais c’est suffisant pour apprécier le système. Le clavier par défaut est le clavier américain, attention avec votre mot de passe.

C’est tout !

Excellente journée à tous.

[Hack] Télécharger la musique de Spotify sur Mac

Posted on octobre 24th, 2009 in Applications | 9 Comments »

Bonjour à tous,

Ce titre accrocheur n’a pour but que de faire du SEO. En vérité, il s’agit ici d’un tutoriel pour récupérer le son émis par Spotify et de l’enregistrer ! Ce qui revient donc à télécharger gratuitement de la musique en bonne qualité.

Attention, je ne cautionne pas le téléchargement illégal de musique. La méthode exposée ici permet de récupérer le flux audio de n’importe quelle application sur Mac (conversation Skype, musique sur Deezer etc…) et est illustrée dans le cas de Spotify mais achetez votre musique !

Bref, maintenant que c’est dit, on peut passer aux choses sérieuses.

L’exemple donné ici s’applique à Spotify. Si vous n’avez jamais entendu parler de Spotify, allez faire un tour ici. Spotify, en deux mot, c’est une application gratuite qui permet d’écouter de la musique en streaming et en bonne qualité.

Le logiciel qui va récupérer le son venant de Spotify s’appelle Audio Hijack Pro que vous trouverez ici : Audio Hijack Pro. C’est un logiciel payant mais la version gratuite est largement suffisante pour l’utilisation que je propose.

1. Une fois que les deux logiciels sont installés, lancez Audio Hijack Pro. Vous arrivez sur une fenêtre de ce type. Cliquer sur le plus tout en bas à gauche :

audio-hijack-pro-1

2. Vous arrivez sur une fenêtre qu’il faut remplir de cette façon :

audio-hijack-pro-2

3. Allez ensuite dans l’onglet Recording et remplissez les informations ainsi :

audio-hijack-pro-3

4. Cliquez sur Record. On vous demande de redémarrer l’application pour qu’elle soit en mesure de récupérer le flux audio venant de l’application. Acceptez. Audio Hijack Pro redémarre. Cliquer sur Record.

5. Choisissez votre musique sur Spotify et lancez-la. Normalement, Audio Hijack Pro se met automatiquement à enregistrer la musique.

6. C’est le petit problème de cette méthode, il faut guetter la fin du morceau de musique car Audio HiJack Pro ne s’arrête pas seul. Donc, à la fin de la musique, cliquer sur Record dans Audio Hijack Pro pour arrêter l’enregistrement.

7. Voilà !! C’est fini !

Allez dans « Recording Bin » et vous y trouverez votre musique. Faites clic droit -> Inspect -> Onglet Tag pour modifier les informations sur la musique et lui donner son vrai nom.

Vous n’avez plus qu’à faire clic droit -> Open in iTunes et votre musique est disponible sur votre iTunes !

Cette méthode est très sympa car elle est facile et ce sont des musiques de bonne qualité. L’avantage principal est que le logiciel ne va enregistrer que le son de cette application. Vous n’aurez donc pas le bruit d’un nouveau message de chat, un coup de téléphone Skype sur votre bande son.

J’espère que ça vous a plu. En espérant trouver une meilleure méthode à l’avenir.

A très vite.